A propos de l'IDEP
English  

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L'IDEP

HISTORIQUE

L’Institut Africain de Développement Economique et de Planification (IDEP) est une institution panafricaine créée en 1962 par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cet Institut panafricain a démarré ses activités le 21 novembre 1963. Les premiers statuts de l'Institut ont été approuvés par la résolution 93 (VI) de la CEA du 27 février 1964, et son premier Conseil d'Administration a été élu en novembre 1964. Les statuts actuels ont été adoptés par la résolution 350 (XII) du 27 mars 1979 et ensuite par l'Assemblée Générale des Nations Unies lors de sa 34ème session. L'IDEP est un organe subsidiaire de la CEA ; il a gardé, au cours des années, des relations de travail étroites avec son organisation de tutelle.
Les pays africains nouvellement indépendants ont senti l’urgente nécessité de développer le capital humain au niveau interne comme une condition requise pour assurer la viabilité de l’indépendance et la promotion du développement socioéconomique. C’est ainsi que l’IDEP a reçu le mandat de former des décideurs et des cadres chargés du développement, de fournir des services consultatifs aux gouvernements africains et aux organisations régionales, de promouvoir des réflexions et des recherches originales sur les questions de politiques de l’Afrique, de devenir un centre d’excellence jouissant d’une indépendance intellectuelle totale, qui mènera le débat sur les questions liées au développement africain et défendra l’indépendance économique des pays africains.
L'Institut a son siège à Dakar (Sénégal). Il est bien situé dans le centre de la ville, derrière l'Assemblée Nationale, à proximité de la plupart des ministères et des institutions des Nations Unies.

ETATS MEMBRES

Les 53 États membres de l'Institut sont les suivants: Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap Vert, République CentrAfricaine, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Guinée Équatoriale, Jamahiriya Arabe Libyenne, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Maurice, Maroc, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Rwanda, Sao Tome & Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo, Tunisie, Ouganda, République Démocratique du Congo, Zambie, Zimbabwe.

VISION DE L'IDEP

A l'aube du 21ème Siècle, les tendances de l'économie mondiale militent en faveur d'un rôle plus important des marchés dans l'économie et d'un nouveau rôle de l'Etat. Cependant, un élément important de ce changement au plan mondial concerne la reconnaissance constante de l'importance des institutions. Sous ce rapport, l'Afrique souffre encore de l'absence de régimes réglementaires appropriés et crédibles ainsi que d'institutions appropriées solidement implantées pour assurer la gestion des systèmes de marché. Compte tenu de cette situation, il est envisagé que la formation restera un élément central de la mission de l'IDEP, car l'insuffisance de capacité institutionnelle qui avait motivé sa création n'a pas encore été surmontée. Toutefois, les processus de mondialisation et de libéralisation exigent de l'Institut qu'il engage la restructuration de la méthodologie et du contenu de ses activités de formation, de recherche, de gestion, etc. L'IDEP a initié ce processus de réformes dans les domaines des technologies de l'information et de la gestion. Pour ce qui est de la formation et de la recherche, elles sont en train de connaître un élargissement de leur contenu pour prendre en compte les questions liées à la mondialisation, à la gouvernance et à la société civile.

Le principal défi auquel l’Afrique est confrontée dans cette première décennie du vingt-et-unième siècle consiste à renverser la tendance vers le déclin économique dont souffre la région depuis les années 1970, et à renforcer la capacité de participation des économies africaines en tant que partenaires efficaces au sein de l’économie mondiale. Au défi du développement africain s’ajoutent les mutations rapides en matière de technologie et la libéralisation continue du commerce mondial dans le cadre du processus de mondialisation ainsi que le nouvel environnement dans le monde du commerce entraîné par la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

L'IDEP est donc déterminé à continuer de jouer un rôle de premier plan en ce qui concerne l'aide à apporter aux pays et aux peuples africains pour leur permettre de relever avec efficacité les défis du 21ème Siècle. L'Institut est persuadé qu'il continuera à occuper un créneau important en tant qu'institution panafricaine bilingue de formation ; son programme de formation bien établi gardera toute son importance et sa pertinence en ce qui concerne le renforcement de la capacité africaine au-delà des barrières linguistiques ainsi que la création d'une génération de technocrates et décideurs africains qui abordent les problèmes du développement africain selon une perspective régionale. Les pays africains ont récemment déclaré leur intention d’assurer une plus grande appropriation de leurs politiques et formulé un nouveau paradigme de développement qui situe la portée de la croissance et du développement au niveau régional plutôt que national (Union Africaine, NEPAD). Cette nouvelle position a entraîné de nouveaux défis et opportunités pour l’IDEP, qui est le seul institut continental mandaté par les gouvernements pour fournir les services spécialisés prévus dans le cadre de sa mission.


MISSION ET MANDAT

L’IDEP a pour mandat de servir tous les pays africains. Ses principaux groupes cibles sont notamment les décideurs de niveau intermédiaire et supérieur ainsi que les cadres du secteur public, les représentants des organisations africaines, de la société civile et du secteur privé.
La principale mission de l'IDEP est d'aider les décideurs ainsi que les autres parties prenantes à améliorer leurs compétences dans les domaines de la prise de décisions, de la planification à long terme et des réformes institutionnelles et réglementaires. Il a également pour objectif de faciliter l'émergence de nouvelles idées en matière de politiques et l'apparition de positions consensuelles en Afrique. A travers son programme de recherche, l'IDEP cherche à créer un nouveau corps de connaissances et à servir d'interface entre la communauté des chercheurs et celle des décideurs.
La formulation des buts stratégiques de l’Institut est liée à la nécessité d’opérationnaliser les principaux éléments de sa mission et de tracer un chemin conduisant à la restauration de sa crédibilité et à sa pertinence incontestée.A cet effet, l'IDEP entreprend un large éventail d'activités liées au développement économique et à la planification en Afrique dans le but de promouvoir et de défendre l'indépendance économique des pays et des peuples africains. Pour réaliser sa mission, l'IDEP emploie les stratégies suivantes :

  • Dispenser des cours de formation portant sur divers aspects du développement et de la planification, afin de transmettre aux décideurs africains et aux autres parties prenantes les dernières connaissances qui leur permettraient de répondre aux nouveaux défis en matière de politiques ;
  • Servir d’interface entre les communautés de chercheurs et de décideurs ;
  • Promouvoir des réflexions et des recherches originales sur les questions de politiques de l’Afrique; à savoir : Intégration régionale, Politiques commerciales et négociations commerciales dans le cadre de l’OMC et la Croissance et développement économique;
  • Organiser des conférences, séminaires et ateliers sur des questions pertinentes ayant trait au développement africain ;
  • Devenir un centre d’excellence jouissant d’une indépendance intellectuelle, qui mènera le débat sur les questions liées au développement africain.
  • Offrir aux pays africains des services consultatifs directs;
  • établir des réseaux avec des institutions similaires;
  • Assurer des services de documentation et d'information portant sur le développement économique et la planification.

L’Institut s’efforcera de saisir les synergies potentielles dans le lien entre la recherche, la formation et la politique, en utilisant les dernières connaissances et en tenant pleinement compte du contexte africain.

Les domaines dans lesquels l’Institut concentrera ses activités sont identifiés en fonction des éléments suivants : a) le programme des organisations régionales qui formulent et appliquent la stratégie continentale de l’Afrique en vue du développement économique et b) les priorités nationales retenues par les pays africains. Afin d’atteindre un haut niveau d’efficacité dans la réalisation de sa mission, l’IDEP se concentrera essentiellement sur trois grands domaines thématiques, à savoir :

  • L’intégration régionale, y compris les questions concernant la convergence, l’harmonisation des politiques et de la législation, la formulation des politiques au niveau régional, la construction des infrastructures régionales, l’économie de la promotion de la paix, etc…
  • Les politiques commerciales et les négociations commerciales dans le cadre de l’OMC, y compris la formulation des politiques d’incitations liées au commerce, les politiques de renforcement de la compétitivité, les négociations dans le cadre de l’OMC liées aux produits génériques et aux produits de base, etc…
  • La croissance et le développement économiques, y compris le stratégies de croissance, la gestion macroéconomique, les finances, le capital humain, le VIH/SIDA, l’éducation, la migration, le genre, etc…

ORGANISATION

L'Organigramme de l'IDEP se présente comme suit :
  • Le Conseil d'administration de l'IDEP, composé de 20 membres, définit notamment les politiques et principes généraux qui régissent le fonctionnement de l'Institut, et approuve le programme de travail ainsi que le budget. Le Conseil d’administration se réunit une fois tous les deux ans pour examiner le rapport sur la performance de l’IDEP et pour approuver les programmes et plans. Il choisit parmi ses membres un Comité exécutif composé de cinq (5) personnes.
  • Le Comité exécutif
    C’est un nouvel organe directeur de l’IDEP et rend compte au Conseil d’administration. Il se réunit deux fois par an pour suivre la mise en œuvre des programmes et des décisions du Conseil d’administration. Il donne également des orientations au Directeur dans sa gestion de l’Institut. Il est composé comme suit : le Président du Conseil d’administration ; un représentant des gouvernements ; un représentant des trois organisations régionales ; un représentant du secteur privé ; un représentant de la Société civile ; et le Directeur de l’Institut.
  • Le Conseil consultatif
    Le Conseil consultatif devra donner à l’IDEP une bonne orientation intellectuelle en ce qui concerne ses programmes techniques dans les domaines de la recherche, de la formation et des services consultatifs et aider à promouvoir et à renforcer la visibilité et la crédibilité scientifique de l’Institut. Il se réunit au moins une fois par an. Sa composition se présente comme suit : le Directeur de l’IDEP en qualité de Président ; le Directeur adjoint de l’IDEP ; un Professeur principal de l’IDEP ; cinq Professeurs nommés dans les cinq sous-régions géographiques du continent ;et trois Professeurs de trois disciplines universitaires appropriées de l’extérieur de l’Afrique, un des pays industrialisés, un de l’Amérique Latine et un de l’Asie.
  • Les Unités administratives de l'Institut sont :
    La Direction, à laquelle sont rattachés les Services de Conférences, l'Interprétation et la Traduction ; la Recherche ; les Services Consultatifs ; la Division de la Formation ; les Services de Bibliothèque et le Programme de Publication ; l'Administration et les Finances, y compris les Services du Personnel et de l'Enregistrement, les Services Généraux et la Comptabilité.

Pour accomplir son mandat et accumuler de l’expertise sur place, l’IDEP a besoin de renforcer son personnel professionnel en engageant plusieurs économistes et, éventuellement, des spécialistes d’autres sciences sociales. Des agents des services généraux d’appui seront également engagés pour renforcer la capacité de l’IDEP en matière de gestion administrative et financière.

L’IDEP a élaboré un plan pour l’amélioration de ses services informatiques et téléphoniques, une automatisation plus poussée de ses services financiers et administratifs et un cours de perfectionnement en informatique destiné à l’ensemble de son personnel.


PARTENAIRES POUR LE FINANCEMENT

Les ressources financières de l'Institut proviennent des Nations Unies ainsi que des contributions annuelles versées par tous les Etats membres africains qui, en vertu de leur adhésion aux Nations Unies, sont automatiquement membres de l'IDEP. Le gouvernement du pays hôte, le Programme des Nations Unies pour le Développement, ainsi que les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux ont constitué, au cours des années, les principaux organismes de financement de l'IDEP. Cependant, la stratégie actuelle en matière de financement met l'accent sur la diversification des sources de financement afin d'y inclure diverses Fondations, des institutions du secteur privé et autres organismes non gouvernementaux.

Les bailleurs de fonds sont de plus en plus conscients de la nécessité de renforcer les compétences des décideurs africains au lieu de recourir à des consultants étrangers. Par ailleurs, il est généralement reconnu qu’il est plus économique de former des africains en Afrique qu’à l’étranger.

L’Institut cherche à établir des liens de collaboration à long terme avec les organisations panafricaines, telles que la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), l’Union Africaine (UA) et la Banque Africaine de Développement (BAD) et l’Association des Universités Africaines (AUA).


PARTENAIRES POUR LA MISE EN RESEAU

La mise en réseau est l'un des moyens par lesquels l'IDEP s'efforce d'améliorer sa capacité à mieux assurer ses services grâce à des projets exécutés en collaboration dans les domaines de la formation, de la recherche, de la consultation et des séminaires.

L’IDEP bénéficie d’un vaste réseau de diffusion en raison de ses nombreux anciens stagiaires qui occupent des postes clés partout en Afrique. Au cours des années, l’IDEP a développé un large réseau d’éminents professeurs/chercheurs qui apportent une contribution importante aux activités de l’Institut et jouent le rôle d’antennes de l’IDEP à travers le continent.

Etablissement d'un réseau de centres africains de recherche économique qui collaboreront avec l’IDEP dans la conduite de recherches axées sur les politiques, en mettant principalement l’accent sur le programme panafricain en matière de politiques. L’IDEP cherchera également la collaboration avec les réseaux de recherche existants, tels que le Consortium pour la Recherche Economique en Afrique (CREA) à Nairobi, le Forum pour la Recherche Economique (ERF) au Caire, l’Organisation de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique de l’Est et Australe (OSSREA) à Addis Abeba, le Forum du Réseau Africain des Connaissances (AKNF) à Addis Abeba et le Conseil pour le Développement de la Recherche Economique et Sociale en Afrique (CODESRIA), dont le siège est à Dakar.

La mise en réseau embrasse également les activités suivantes : partage d'information, d'expériences et d'autres ressources avec des institutions similaires à divers niveaux, notamment à travers des ateliers, des séminaires et des conférences publiques ainsi que la promotion de la diffusion des publications des uns et des autres. En plus des institutions sœurs du Système des Nations Unies, l'IDEP établit des réseaux et collabore aussi avec des ONG sous-régionales, régionales et internationales impliquées dans le développement économique, la recherche et l'action. Il s'agit notamment des ONG suivantes : Consortium pour la Recherche Economique en Afrique (CREA), Kenya ; Joint Africa Institute (Côte d'Ivoire) ; Macro-Economic and Financial Management Institute (MEFMI) (Zimbabwe) ; les Programmes de Gestion des Politiques économiques des Universités africaines en Côte d'Ivoire, au Ghana, en Ouganda et au Cameroun. En effet, l'IDEP a élargi sa sphère de collaboration pour inclure toutes les Universités africaines, dont beaucoup ont répondu positivement. Au nombre des autres institutions collaboratrices figurent : le Forum du Tiers Monde (ENDA) (Sénégal), Eastern and Southern African Management Institute (ESAMI) (Tanzanie), le Conseil pour le Développement de la Recherche Economique et Sociale en Afrique (CODESRIA) (Sénégal) et Futurs Africains (Côte d'Ivoire).


COLLABORATION SCIENTIQUE

Troisième volet de partenariat, la collaboration scientifique au niveau international aidera également l’Institut à accroître sa crédibilité et son impact. Cet objectif sera atteint grâce à la participation active de Conseil consultatif, à des visites de personnalités scientifiques de renom et à la collaboration avec des centres de recherche et de formation en Afrique et ailleurs. Cette collaboration comprendra également la participation de décideurs de haut niveau ou retraités au Forum sur les politiques et au Programme de spécialistes invités.


LANGUES DE TRAVAIL

L'IDEP est une institution bilingue où le français et l'anglais sont utilisés dans toutes les activités. Il dispose d'un personnel linguistique permanent et d'installations permettant d'assurer des services d'interprétation simultanée et de traduction ; les cours, les séminaires et toutes les autres activités se font dans les deux langues. C'est la seule institution régionale du genre, capable de surmonter la barrière linguistique dans l'exécution de ses fonctions, ce qui lui permet de servir tous les pays du continent.


REALISATIONS

Depuis le démarrage de ses activités en novembre 1963, l'IDEP compte de nombreuses réalisations à son actif, dont les suivantes :
  • Formation : Au cours des années, plus de 2000 stagiaires provenant de 50 pays africains ont terminé leurs études à l'IDEP et obtenu leurs diplômes après avoir suivi avec succès le programme de D.E.A. et les cours de formation de courte durée. Ces diplômés de l'IDEP se retrouvent maintenant dans les institutions nationales, sous-régionales, régionales et internationales où ils exercent efficacement leurs fonctions en tant que décideurs de haut niveau, analystes des politiques économiques, experts en planification stratégique, analystes des politiques agricoles, etc.
  • Publications dans les deux langues, qui font l'objet d'une large diffusion : Monographies, Publications spéciales et Bulletin d'information, entre autres.
  • L'IDEP sert de plate-forme pour le dialogue et le plaidoyer en matière de politiques à travers l'organisation de réunions, d'ateliers, de séminaires et d'une série de conférences publiques.
  • L'Institut assure un leadership intellectuel dans le domaine du développement économique en Afrique.
  • L'Institut offre des services consultatifs aux Etats membres ainsi qu'aux organisations régionales et internationales, sur demande, dans les domaines techniques pertinents.
  • L'IDEP a mis au point des services de bibliothèque et de documentation à dimension panafricaine, bien dotés en infrastructures informatiques.
  • L'Institut s'est doté d'infrastructures bien équipées pour la tenue de conférences aux niveaux national, régional et international.

Adebayo OLUKOSHI, Directeur
BP 3186
Dakar, Sénégal
Tél: (221) 33 823 10 20
Fax: (221) 33 822 29 64
E-mail: idep@unidep.org ou unidep@unidep.org
Web Page: http://www.unidep.org
© 2012 Commission Economique pour l'Afrique